Un Produit de Défonce pour les Geeks

quelques exemples de vapos en 2017

Comment la montée en puissance des vaporisateurs change la donne dans l’industrie de la fumette.

Les vaporisateurs chauffent votre “matos à base de plantes” (cet euphémisme apparaît dans toutes les discussions publiques, mais, soyons honnêtes, très peu d’entre nous ont une passion pour la lavande…) jusqu’à ce qu’il atteigne une température qui transforme les ingrédients actifs en une vapeur légère et inhalable. Des études suggèrent que vaporiser est moins mauvais pour vous que de fumer, surtout avec du tabac, car la combustion produit des toxines que vous ne devriez pas laisser entrer dans vos poumons.

Je ne suis pas opposé à la défonce récréative personnellement. J’ai même été connu à l’occasion pour abriter un peu de « mauvaise herbe » dans mon appartement de Lyon. De plus en plus, mes amis accordent de l’importance a cette technologie et passent aux vapos et les avantages pour la santé deviennent évidents et ce tres rapidement ! Je me demandais s’il est temps de jeter mes feuilles à rouler et mon ancien bang et à embrasser audacieusement ces nouveaux outils technologiques.

Mais puis-je surmonter ma croyance profondément convaincue que le fait de fumer ne devrait pas nécessiter de batteries ? Est-ce que je suis un accro au cannabis et au tabac ? Ou est-ce que je suis prêt à passer à une nouvelle technologie ? Pour savoir, j’ai décidé d’emprunter plusieurs vaporisateurs portables et de les tester.

Tout d’abord, une décision clé à prendre pour commencer : vapo de bureau ou portable ?

 

vaporisateur portble pax 2Quand j’ai regardé jeté un coup d’oeil au marché, j’ai vu un tas de vaporisateurs de cannabis portables puissants qui peuvent de poser facilement sur votre table basse, se brancher dans votre mur et travailler en pompant de la vapeur de marijuana dans des sacs massifs et hermétiques que vous inhalez ensuite comme de l’hélium.

Cela a été un peu agressif pour mes besoins, semblable à posséder un bong en verre de 2m de haut.

Au lieu de cela, en cherchant quelque chose avec un profil légèrement plus petit et moins encombrant, j’ai trouvé rapidement de plus petits vaporisateurs sans fil avec des piles rechargeables. Ceux-ci permettent de fumer des quantités plus petites et des doses plus modestes mais font du bon boulot selon moi.

Les vapos portables que j’ai essayé ont tous requis la même routine de préparation de base. Tout d’abord, vous prenez une pincée de ganja – en utilisant un «broyeur» ou grinder en Anglais – jusqu’à ce que votre mix soit presque en poudre, ce qui garantit qu’il va chauffer uniformément et que les tètes surdimensionnés ne seront pas crames à la surface tout en restant fraiches au milieu. Vous secouez cette poudre dans la chambre de chauffage de la vapeur, allumez l’appareil et attendez une demi-minute pour que cela se réchauffe. Sentez-vous à ce stade la qualité de la vapeur ?